Oct 6, 2021

LE PORT AUTONOME DE LOME EN MISSION PROMOTIONNELLE AU BURKINA FASO

Catégories:

Dans sa quête continuelle d’amélioration de ses services et de satisfaction de ses clients, le port autonome de Lomé a débuté une mission promotionnelle au Burkina Faso du 04 au 08 octobre 2021.

L’objectif de cette mission promotionnelle, organisée par l’Alliance pour la Promotion du Port de Lomé (A2PL) est d’écouter les préoccupations et répondre aux besoins de ses clients du Burkina Faso.

Il s’agit également de promouvoir les services du Port de Lomé, de gérer le portefeuille client tout en prenant soin des prospects.

Ainsi, une délégation de la communauté portuaire de Lomé conduite par son Secrétaire Général, monsieur KABITCHADA Essonêya, séjourne au Burkina.

port autonome de Lomé au Burkina faso-10

 

Des visites ont été menées auprès des clients et une grande rencontre avec les opérateurs économiques au Conseil Burkinabé des Chargeurs a eu lieu.

Ces différentes rencontres permettent, d’une part d’écouter les doléances et les besoins des clients afin d’améliorer davantage les bonnes relations qui existent entre le Port Autonome de Lomé et ses partenaires du Faso.

D’autre part ces rencontres permettent de présenter les atouts du Port de Lomé et les grandes innovations qui font de lui, le Port par excellence dans la sous-région Ouest-africaine.

Ces innovations, conformément à l’axe 1 du Plan National de Développement (PND) 2018-2022 ont pour ambition de faire du Port de Lomé, un Hub Logistique et un centre d’affaires de 1er ordre dans l’Afrique de l’Ouest.

Parmi ces innovations, on note :

  • La totale dématérialisation des procédures d’enlèvement des marchandises au Port Autonome de Lomé (PAL) et le paiement des factures en ligne.

Cette dématérialisation confère un certain nombre d’avantages tels que la facilité, la célérité, la transparence dans les formalités administratives d’entrée et de sortie des marchandises ;

  • Le nouveau Port Sec disposant d’un parking d’une capacité de 500 camions construit sur la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA).

La mise en service du port sec de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) est un atout important en termes de fluidité des transports et de rapidité dans les opérations portuaires ; ce qui rapproche les marchandises des pays du sahel.

La délégation de la communauté portuaire de Lomé se rendra également dans les prochains jours, au Mali et au Niger pour la même opération de fidélisation et de charme auprès des opérateurs économiques.

Port Autonome de Lomé, la Passion de l’efficacité.

Quelques images du séjour promotionnel du Port autonome de Lomé au Burkina Faso

Microplastiques polluent les fonds marins

14 millions de tonnes de microplastiques polluent les fonds marins

Catégories:

Les fonds marins de la planète sont jonchés d’environ 14 millions de tonnes de microplastiques d’après l’Organisation pour la Recherche Scientifique et Industrielle du Commonwealth (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, CSIRO).

Ces microplastiques proviennent de la décomposition d’immenses quantités de déchets qui échouent chaque année dans les océans.

La quantité de ces minuscules substances polluantes est 25 fois supérieure à celle dont faisaient état les précédentes études.

Pour cette première évaluation mondiale des microplastiques présents dans les fonds marins, la CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation) a fait appel à un robot sous-marin qui a prélevé, jusqu’à 3 000 mètres de profondeur, des échantillons sur des sites situés au large des côtes sud de l’Australie.

« Nos recherches ont montré que l’océan profond est un puits pour les microplastiques », a affirmé Denise Hardesty, la principale chercheuse de cette étude. « Nous avons été étonnés d’observer des quantités élevées de microplastiques dans un endroit aussi éloigné. » ajoute-t-elle.

Selon les scientifiques, qui ont publié leurs conclusions dans la revue Frontiers in Marine Science, il y a généralement d’avantage de fragments de microplastiques dans le fond marin sutout dans les zones où les déchets flottants sont plus nombreux.

« La pollution plastique qui finit dans l’océan se dégrade et se décompose pour finir en microplastiques », a affirmé Justine Barrett, qui a dirigé cette étude. « Les résultats montrent que les microplastiques s’enfoncent effectivement au fond de l’océan. »

Mme Denise Hardesty appelle à la mise en œuvre en urgence des mesures destinées à trouver des solutions face à la pollution marine plastique, qui affecte les écosystèmes, la faune et la santé humaine. « Le gouvernement, l’industrie et la population doivent travailler ensemble pour réduire de manière significative la quantité de déchets que nous voyons le long de nos plages et dans nos océans », a-t-elle insisté.

Les fonds marins représentent 70 % de notre planète, mais seule une infime partie a déjà été explorée. Cet espace, extrêmement riche, pourrait pourtant nous être d’un grand renfort, notamment dans la recherche de nouveaux médicaments.