Août 23, 2021

le Togo adhère aux conventions MARPOL et FAL

LE TOGO ADHÈRE À DEUX CONVENTIONS INTERNATIONALES : MARPOL et FAL

Catégories:

Dans le cadre de la promotion de son économie maritime, le Togo adhère à deux conventions MARPOL et FAL :

  • l’une relative à la prévention de la pollution par les navires (MARPOL) et
  • l’autre visant à faciliter le trafic maritime international (FAL).

 

La première convention (MARPOL) adoptée par l’Organisation Maritime Internationale (OMI) le 02 novembre 1973, est la principale, traitant de la pollution du milieu marin.

L’adhésion du Togo à l’annexe VI de la convention MARPOL lui permettra de participer à la lutte mondiale contre la pollution de l’environnement marin. Elle sera aussi l’occasion de délivrer des certificats internationaux de prévention de la pollution de l’air (IAPPEC) à la grande flotte de navires battant pavillon togolais.

 

Convention MARPOL  pour lutter  contre le réchauffement climatique et  la montée des eaux.

Le Ministre de l’Economie Maritime, de la Pêche et de la Protection Côtière a qualifié la convention MARPOL, de « véritable outil pour l’accroissement de l’économie bleue du Togo » en ce sens que d’une part, elle régit la prévention de la pollution de l’atmosphère par les navires, notamment le contrôle des émissions d’oxyde de soufre et d’azote, l’interdiction des émissions délibérées des substances qui appauvrissent la couche d’ozone et l’incinération à bord, et les émissions des composés organiques volatiles imputables aux navire-citerne.

D’autre part, cette convention permet au Togo de se conformer à ses engagements internationaux en matière de transports maritimes en tant qu’Etat du pavillon, Etat de port et Etat côtier.

 

Convention FAL

La deuxième loi autorise l’adhésion du Togo à la convention FAL visant à faciliter le trafic maritime international.

L’adhésion à la convention FAL permet de simplifier des formalités administratives dans le domaine des transports maritimes.

Elle renforce également l’attractivité du Togo, compte tenu de sa position géographique et des potentialités qu’offre son port en eau profonde, et mobilise davantage les partenaires dans la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND), notamment son axe 1.

 

Déclarations du Ministre de l’Economie Maritime, de la Pêche et de la Protection Côtière à l’occasion de l’adoption de ces lois.

« La loi autorisant l’adhésion du Togo à la convention FAL constitue un véritable outil pour le secteur maritime de notre pays, d’autant qu’elle s’applique à tous les documents nécessaires pour satisfaire les exigences internationales en matière de communication d’information par les autorités portuaires en l’occurrence la déclaration de cargaison, la déclaration de marchandises dangereuses, les manifestes de l’équipage et les renseignements relatifs au navire», a relevé le Ministre Kossi TENGUE.

 

Pour le ministre, les autorités portuaires, les administrations maritimes, les douanes, la police et tous les autres organismes concernés seront invités à faire partie du système d’échange de données informatisé.

De même, les agents maritimes, les opérateurs de terminaux, les services de remorquage et de pilotage pourront également être inclus pour que les formalités soient rendues plus rapides, plus simples et plus efficaces pour tout le monde.

 

La convention FAL : catalyseur de la digitalisation du Port de Lomé.

Le Ministre a salué cette loi qui est un instrument attractif pour tous les opérateurs économiques intéressés par l’industrie maritime et portuaire togolaise marquée ces dernières années par des projets de digitalisation du Port Autonome de Lomé.

En outre, elle favorise l’accélération de cette digitalisation et permet au port de tenir son rang de premier port du Golfe de Guinée en termes de trafic maritime.