sécurité maritime au port de Lomé Togo

La marine nationale renforce ses capacités et ses moyens d’actions en matière de sécurité maritime.

L’Ambassadrice française Jocelyne Caballero a remis deux embarcations de transports rapides pour commandos à la marine togolaise en présence de la Ministre des Armées, Marguerite Gnakadè et du Chef d’Etat-major Général des FAT de l’époque Abalo Kadangha.

Ce don intervient dans le cadre de la coopération entre les marines des deux pays et participe à un objectif de développement. 

Il vise à accélérer la formation des marins togolais et à développer les capacités d’intervention rapide du pays contre la piraterie maritime. A cet effet, une première unité d’intervention devrait être opérationnelle d’ici la fin de l’année. 

Togo est très impliqué sur les questions de sécurité maritime dans la sous-région. Ces embarcations permettront de renforcer sa flotte d’interception et de dissuasion et de mieux protéger ses eaux et son port.

Le Port Autonome de Lomé (PAL) est aujourd’hui incontestablement l’un des ports les plus sécurisés de la sous-région ouest africaine. Le Togo fait de la sécurité de sa plateforme portuaire une priorité. 

Ce qui fait de lui un modèle de réussite. Cette notoriété est le fruit d’innombrables efforts des autorités impliquées et des usagers de la plateforme portuaire. 

 

Les processus de la mise en place de la sécurité du port Autonome de Lomé

En 2004, après les attentats du 11 septembre 2001, des réformes ont été apportées dans l’organisation du transport international afin de garantir la sécurité des personnes et des marchandises.

De nouvelles mesures de sécurité maritime ont été imposées aux navires et aux ports en matière de sécurité par l’Organisation Maritime Internationale (OMI). 

Ces réformes ont conduit à l’adoption du code ISPS

L’ISPS, International Ship and Port Security, ou Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires en français, est entré en vigueur en juillet 2004. 

 

Ce code s’applique aux navires effectuant des voyages commerciaux à l’échelle internationale et aux installations portuaires desservant ces types de navires. 

Mais, il ne s’applique pas aux navires de guerre, navires de guerre auxiliaires, ou encore navires appartenant ou gérés par un gouvernement contractant pour des activités non commerciales.

 

D’une manière générale, le code ISPS est un outil international de prévention des actes illicites contre les navires commerciaux, les personnes et marchandises transportées et enfin les installations portuaires. 

Son mode opératoire consiste à détecter, prévenir et dissuader les actes criminels susceptibles de compromettre la sûreté et la sécurité du transport maritime. 

Très tôt, les autorités togolaises ont adopté le code ISPS. Périodiquement et ce à compter de 2011, des équipes des garde-côtes américains visitent les installations portuaires afin de s’assurer de la capacité du Togo à répondre aux normes internationales de sécurité portuaires. 

Les nouveaux dispositifs sécuritaires instaurés par les autorités portuaires pour renforcer la sécurité ont contribué à la création d’un corps spécial de sécurité dénommé « les Abeilles » qui contrôle les accès à l’installation portuaire et assure la patrouille sur toutes les zones d’activités du Port.

En plus des Abeilles, un corps spécial dénommé Sûreté Portuaire a été mis sur les fonts baptismaux en vue de répondre aux préoccupations sécuritaires des autorités togolaises en matière d’inspecter les importations de marchandises de contrebande, de trafic d’armes et de drogues.

Ce dispositif de sécurité répond aux exigences du Code International pour la Sûreté des Navires et des Installations Portuaires ( ISPS). 

De nouvelles mesures en ce qui concerne l’accès et le stationnement des camions dans l’enceinte portuaire ont été adoptées. 

 

Sécurité maritime synonymes de croissance au Port de Lomé

En récompense de toutes ces réformes sécuritaires, le Port Autonome de Lomé a réalisé des performances encourageantes au point d’être l’un des ports les plus compétitifs de la sous-région. 

Tout navire qui accoste au Port Autonome de Lomé est certain qu’il vient en lieu sécurisé. 

Le port lui garantit une protection contre les attaques, les vols et toute autre forme de criminalité. 

A cela, s’ajoute, la sécurité du chargement. 

L’affréteur a la certitude que la totalité de la cargaison transportée arrivera bien à destination.

Ces différentes dispositions de sécurité maritime ont permis le développement de l’activité portuaire. Le nombre de navires qui accostent au port de Lomé est en augmentation. 

La sécurité renforcée entraîne la fluidité dans le traitement des marchandises dopant ainsi les recettes qui permettent au Port de Lomé de jouer un rôle essentiel dans l’économie nationale car il contribue à plus de 80% des recettes douanières du pays.

Le Togo dans la lutte contre l’insécurité maritime

Le Togo a pris depuis plusieurs années les devants de la lutte contre l’insécurité maritime. 

En octobre 2016, un sommet inédit sur la sécurité maritime et le développement en Afrique, a réuni à Lomé des dirigeants de nombreux pays africains.

En Juin 2017, le Président de la République togolaise Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE prend la tête de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO), lui confiant ainsi le leadership de la lutte contre la piraterie maritime. 

 

En effet, la question de la sécurité maritime est prise au sérieux par le chef de l’Etat qui plaide en faveur de la coopération entre les Etats pour faire face à la criminalité maritime.