Déc 26, 2022

Tendance de Transport Maritime en 2022 CNUCED

Les grandes tendances du transport maritime en 2022 : Analyses et recommandations de la CNUCED 

Catégories:

Le COVID-19, la guerre en Ukraine, le changement climatique et la géopolitique ont fait des ravages dans le transport maritime et la logistique, obstruant certains ports et en fermant d’autres, reconfigurant les routes, prolongeant les retards et augmentant les coûts d’expédition.

Les navires assurent plus de 80% du commerce mondial, de sorte que les perturbations dans les ports et sur les voies de navigation signifient que la nourriture, l’énergie, les médicaments et d’autres articles essentiels n’atteignent pas ceux qui en ont besoin.

Bien que les retards se soient améliorés et que les taux de fret sec diminuent, le transport maritime – et donc le commerce mondial – reste vulnérable. L’industrie maritime doit investir maintenant pour renforcer sa résilience face aux crises futures et au changement climatique.

Voici quelques recommandations de la CNUCED pour améliorer la durabilité de l’industrie maritime.

 

Se préparer à un avenir imprévisible avec des frais de port volatils

 

Une augmentation des dépenses de consommation – en particulier pour les biens commandés en ligne – combinée à des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et à des contraintes logistiques a poussé les tarifs de fret des conteneurs à cinq fois leurs niveaux d’avant la pandémie en 2021. La flambée des coûts de transport par conteneurs, qui a culminé au début de 2022, a fortement fait grimper les prix à la consommation de nombreux biens.

 

Recommandations : 

  • Les gouvernements et les opérateurs doivent étendre et moderniser les infrastructures portuaires et les liaisons de transport terrestre, et accélérer les réformes de facilitation des échanges, en particulier la numérisation.

 

  • Les opérateurs portuaires et les compagnies maritimes doivent investir dans l’augmentation des installations de stockage et la réduction des pénuries d’équipements.

 

  • Les compagnies maritimes doivent investir dans une navigation durable et déployer la capacité de transport nécessaire.

 

Minimiser les risques et incertitudes sur la croissance

 

Profitant de l’envolée de la demande de fret conteneurisé, le commerce maritime mondial a rebondi en 2021. Les expéditions ont augmenté d’environ 3,2 % pour atteindre 11 milliards de tonnes. Cela représente une amélioration de 7 points de pourcentage par rapport à la baisse de 3,8 % en 2020.

La CNUCED prévoit que le commerce maritime mondial s’essoufflera, avec une croissance ralentissant à 1,4 % en 2022. Pour la période 2023-2027, il devrait croître de 2,1 % par an, soit moins que la moyenne de 3,3 % enregistrée au cours des trois dernières décennies.

 

Recommandations

  • La communauté internationale à atténuer l’impact du COVID-19 en offrant un meilleur accès aux vaccins et aux médicaments dans les pays en développement.

 

  • Les pays doivent maintenir la fluidité des échanges en minimisant les blocages et en évitant les restrictions à l’exportation et à l’importation – en particulier de denrées alimentaires, d’engrais et d’énergie.

 

  • Les pays doivent promouvoir la croissance économique, éviter les mesures d’austérité, tout en maîtrisant l’inflation et en réduisant la vulnérabilité financière.

 

Réduire les émissions de CO2 et investir dans de nouveaux navires

 

Les émissions de gaz à effet de serre de la flotte maritime mondiale ont augmenté de 4,7 % entre 2020 et 2021.

Comme les émissions, l’âge moyen de la flotte augmente également – ​​une autre préoccupation pour l’environnement puisque les navires plus anciens polluent davantage. En nombre de navires, l’âge moyen actuel est de 21,9 ans et en capacité de charge de 11,5 ans.

Le monde a besoin d’une nouvelle génération de navires capables d’utiliser les carburants les plus rentables et de s’intégrer de manière transparente aux systèmes numériques intelligents.

 

Recommandations

  • Plus d’investissements dans les technologies de transport maritime économes en énergie et une transition accélérée vers des carburants alternatifs à faible émission de carbone pour réduire l’empreinte carbone du transport maritime.

 

  • Un cadre réglementaire mondial prévisible pour investir dans la décarbonation et un soutien accru aux pays en développement dans la transition énergétique.

 

  • Un soutien plus fort pour aider les pays en développement à adapter les ports aux impacts du changement climatique, en particulier dans les petits États insulaires en développement.

 

Améliorer la performance et la connectivité des ports

 

L’économie mondiale s’est redressée en 2021 et les navires de transport de marchandises du monde ont fait plus d’escales. Le rebond s’est poursuivi au cours des neuf premiers mois de 2022 dans tous les segments, à l’exception des porte-conteneurs, qui ont dû faire face à une congestion continue.

À l’échelle mondiale, la connectivité des transports maritimes de ligne a également souffert dans toutes les régions depuis le début de la crise de la chaîne d’approvisionnement, mais avec des variations entre les pays.

 

Recommandations

 

  • Un soutien renforcé pour aider les pays en développement à adopter une logistique maritime intelligente et des technologies numériques, et à mettre en œuvre des mesures pour améliorer les connexions portuaires, routières et ferroviaires.

 

  • Les pays en développement doivent améliorer les performances et la productivité des ports, notamment en améliorant la capacité des ports et en renforçant les liaisons de transport régionales.

 

  • Les autorités portuaires doivent réduire les pénuries de main-d’œuvre en attirant davantage de travailleuses et en augmentant la participation des femmes dans le secteur.

 

Consolidation du marché du transport maritime et protection des règles de concurrence

 

Au fil des années, les fusions et acquisitions ont consolidé et transformé le secteur du transport par conteneurs, qui transporte la plupart des biens de consommation. Les transporteurs ont également poursuivi l’intégration verticale en investissant dans l’exploitation des terminaux et d’autres services logistiques.

Au cours des 25 dernières années, les 20 principaux transporteurs ont presque doublé leur part de marché, passant de 48 % à 91 %. Les quatre plus grands transporteurs contrôlent désormais plus de la moitié de la capacité mondiale de transport par conteneurs.

La consolidation du marché du transport maritime réduit la concurrence et limite l’offre. Cela peut entraîner des abus de pouvoir sur le marché, des coûts d’expédition plus élevés pour les entreprises et donc des prix plus élevés pour les consommateurs.

 

Recommandations

 

  • La concurrence et les autorités portuaires doivent travailler ensemble pour surveiller les tarifs et les frais de fret et répondre à la consolidation de l’industrie par des mesures visant à protéger la concurrence.

 

  • Renforcement de la coopération internationale sur les pratiques anticoncurrentielles transfrontalières dans le transport maritime, sur la base de l’Ensemble de règles et principes de concurrence des Nations Unies.

 

  • Les gouvernements doivent surveiller les tendances des structures et des services de l’industrie maritime afin d’assurer des règles du jeu équitables, en particulier pour les petits expéditeurs des pays en développement.

 

Sources : https://unctad.org/rmt2022?fbclid=IwAR3oymnbzg42NLH1RRdRXqz1pBmVIXnAt4uJd2zrP_kgH3YLmV307SW-nSA